Rhum La Réunion

Rhum de La Réunion

Carte de la Réunion

La Réunion - L'île des retrouvailles

La Réunion, ou tout simplement Réunion - C'est une petite île de l'Océan Indien. Petite est d'ailleurs à prendre au sens littéral, car avec ses dimensions d'environ 50×70 km, la surface de la Réunion couvre à peine celle de la Sarre. Le nombre d'habitant de La Réunion est légèrement inférieur à 1 000 000. Mais la Réunion n'est habitée que depuis le milieu du XVIIe siècle.

La colonisation et les débuts de l'industrie du rhum à la Réunion

Dans le cadre de la colonisation française, des colons français sont arrivés à la Réunion et ont commencé à y cultiver la vanille de Madagascar et la canne à sucre. Pour effectuer le travail physiquement très fatigant dans les plantations, ils ont fait venir des esclaves de Madagascar, d'Afrique de l'Est et d'Inde. Comme dans presque toutes les sociétés du monde, on consommait naturellement de l'alcool à la Réunion. Cependant, alors que les colons français buvaient des alcools de qualité provenant de leur pays d'origine, comme le cognac, les esclaves devaient se rabattre sur des boissons de moindre qualité. Ces derniers buvaient donc en grande partie une boisson appelée fangourin, qui était du jus de canne à sucre fermenté à l'aide de levures sauvages. Cela n'a changé qu'en 1704, lorsque le premier alambic a été apporté sur l'île. Celle-ci permettait de distiller non seulement du rhum, mais aussi de l'arak et du tafia, qui étaient alors des boissons appréciées des esclaves. Grâce à l'amélioration de la technologie de distillation et au boom de l'industrie de la canne à sucre, les spiritueux produits à la Réunion ont été de plus en plus appréciés par les Français et le volume de production a pu être fortement augmenté. Lorsque l'esclavage fut finalement aboli à la Réunion en 1849 et que les esclaves obtinrent le statut de citoyens ordinaires, les volumes de production augmentèrent encore et à la fin du 19e siècle, environ un million de litres de rhum étaient distillés chaque année à la Réunion.

Le déclin et le sauvetage de l'industrie du rhum à la Réunion

Malheureusement, le succès de l'industrie du rhum à la Réunion n'a pas duré, car en raison des guerres civiles et de l'industrie florissante de la betterave à sucre en Europe, de nombreuses plantations de canne à sucre étaient en friche et la matière première manquait pour les distilleries. Même si 31 distilleries ont pu se maintenir jusqu'en 1928, leur nombre a chuté à un chiffre dans les décennies suivantes. Afin de garantir la survie du rhum réunionnais, la plupart des distilleries restantes ont décidé en 1972 de créer une coopérative appelée GIE Rhums Réunion et de commercialiser de nouvelles mises en bouteille de rhum sous cette marque ombrelle en regroupant leurs moyens. Même si la quantité de rhum produite à la Réunion reste globalement très faible, elle est de nouveau connue des connaisseurs et de plus en plus appréciée. Les rhums des Antilles et des Caraïbes restent bien plus populaire aux yeux du monde. Si vous cherchez ce type de rhum, le rhum de la Guadeloupe ou le rhum de La Barbade pourraient vous plaire.

Les rhums de la Réunion

Différents rhums de la Réunion existent. Les produits de Charrette, connus pour leur style puissant et leur prix avantageux et issus de la coopérative susmentionnée, sont particulièrement remarquables. Les produits un peu plus chers de Rivière du Mât méritent également une attention particulière, car ils montrent la qualité que peuvent atteindre les rhums de la Réunion. Rivière du Mât est le plus grand producteur de l'île et propose deux types de rhums différents. L'un d'eux a un style plus léger et est distillé dans une installation à trois colonnes, tandis que les variétés plus lourdes sont distillées de manière complexe dans une ancienne installation à trois colonnes.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir à découvrir les rhums passionnants de l'île de la Réunion et serions ravis de pouvoir répondre à vos questions sur ce sujet !